Ecole Doctorale

Langues Lettres et Arts

Spécialité

ETUDES GERMANIQUES

Etablissement

Aix-Marseille Université

Mots Clés

Avant-garde,Machine,Corps,Masculinité,Première Guerre mondiale,République de Weimar

Keywords

Avant-Garde,Machine,Body,Masculinities,World War I,Weimar Republic

Titre de thèse

L'homme-machine - L'utopie d'un Homme nouveau ?Regards sur la masculinité dans les œuvres des artistes français et allemands de l’avant-garde
The Man-Machine - The Utopia of a New Man?Perspectives on Masculinity in the Works of French and German Artists of the Avant-Garde

Date

Vendredi 4 février 2022 à 10:00

Adresse

Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf Universitätsstraße 1 40225 Düsseldorf Bat 23.21, Etage 01, Salle 77

Jury

Directeur de these Mme Nicole COLIN Aix-Marseille Université
Directeur de these Mme Andrea VON HüLSEN-ESCH Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf
Rapporteur M. Patrick FARGES Université Paris Diderot
Rapporteur Mme Anne-Marie BONNET Kunsthistorisches Institut der Universität Bonn

Résumé de la thèse

Soldat blindé, homme prothétique, femme hybride, automate, machine sexuelle, athlète aux traits mécanisés : le corps machinique est un motif qui présente de multiples facettes et des problématiques diverses dans l’art de l’avant-garde. Plus précisément, entre 1914 et 1926, des artistes comme Otto Dix, Rudolf Schlichter, George Grosz, Hannah Höch, Willi Baumeister, Fernand Léger, Francis Picabia, Marcel Duchamp et Robert Delaunay utilisent cette thématique en tant qu’illustration de tension ou de crise qui questionne la place de l’homme et de la femme dans la société. D’ailleurs, le concept de la masculinité, considérée comme fragilisée au début du XXe siècle, joue un rôle conséquent dans la représentation de l’homme-machine dans les œuvres de ces artistes. En effet, le corps masculin mécanique s’allie à l’imagination d’un potentiel ego idéal, d’un Homme nouveau, qui fournit des réponses aux interrogations sur le « qui » et le « qu’est-ce que nous sommes » au sein de la société moderne. Communément associée au régime totalitaire et autoritaire, notamment sous le Troisième Reich et dans la France de Vichy, cette utopie de l’Homme nouveau possède des résonances avec l’homme-machine représenté dans l’avant-garde française et allemande. Les objectifs de notre travail sont donc de comprendre les liens qui unissent les discours de la modernité à ceux des années 1930 et 1940 à travers la figure de l’homme-machine, le concept de la masculinité et de l’Homme nouveau. L’étude des œuvres des artistes susnommés brossera un portrait sociétal binational, voire global, de la représentation du corps mais aussi de son évolution pendant la République de Weimar et la période de l’entre-deux-guerres en France. Il ne s’agira pas de comparer l’art de propagande avec les œuvres de l’avant-garde, mais de souligner les parallèles entre les discours véhiculés dans ces images et la perception du corps sous l’autorité hitlérienne et pétainiste. Ce travail propose donc une lecture nouvelle de l’homme-machine dans l’avant-garde à travers son approche transculturelle et sa mise en relation avec les études de la masculinité, domaine de recherche en pleine éclosion dans l’histoire de l’art. Notre attention portera sur les bouleversements socio-culturels, les échanges et les collaborations des artistes français et allemands qui permettront de comprendre les correspondances entre le corps mécanique représenté entre 1914 et 1926 et l’Homme nouveau des années 1930 et 1940.

Thesis resume

Armoured soldier; prosthetic man; hybrid woman; automaton; sex machine; athlete with mechanised features: the machinic body is a multifaceted, challenge-laden motif in avant-garde art. More specifically, between 1914 and 1926, artists such as Otto Dix, Rudolf Schlichter, George Grosz, Hannah Höch, Willi Baumeister, Fernand Léger, Francis Picabia, Marcel Duchamp and Robert Delaunay used this theme as an illustration of tension and crisis which questions the place of men and women in society. Moreover, the concept of masculinity, which was considered weakened at the beginning of the 20th century, plays a significant role in the development of the man-machine represented in the works of these artists. Indeed, the mechanical male body is combined with the imagining of a potential ideal ego, a New Man, to provide answers to the questions of 'who' and 'what we are' in modern society. Commonly associated with totalitarian and authoritarian regimes, notably the Third Reich and Vichy France, this utopia of the New Man resonates with the man-machine represented in the French and German avant-garde. The objectives of our work are therefore to understand the links between the discourses of modernity and those of the 1930s and 1940s through the figure of the man-machine, the concept of masculinity and the New Man. The study of the works of the above-mentioned artists will provide a binational, even global, societal depiction of the representation of the body and its evolution during the Weimar Republic and the inter-war period in France. The aim is not to compare propaganda art with the works of the avant-garde but to highlight the parallels between the discourses conveyed in these images and the perception of the body under the rule of Hitler and Petain. This work therefore proposes a new reading of the man-machine in the avant-garde through its transcultural approach and its connection to studies of masculinity, a research field in full bloom in art history. Our attention will focus on the socio-cultural upheavals and exchanges and collaborations of French and German artists that will allow us to understand the correspondences between the mechanical body represented between 1914 and 1926 and the New Man of the 1930s and 1940s.