Ecole Doctorale

ESPACES, CULTURES, SOCIETES - Aix Marseille

Spécialité

Anthropologie

Etablissement

Aix-Marseille Université

Mots Clés

Amman,réfugiés,Jordanie,relations inter-ethniques,Racialisation,sociabilités,

Keywords

Amman,Refugees,Jordan,Inter-ethnic relations,Racialization,Sociabilities,

Titre de thèse

prouver et éprouver l'ethnicité. réfugiés d'origine africaine en Jordanie
proving and experiencing ethnicity: african origin-refugees in jordan

Date

Mardi 28 Mai 2024 à 11:00

Adresse

5, rue du Château de l'Horloge 13097 Aix-en-Provence Salle Duby

Jury

Directeur de these Mme Karima DIRECHE Aix Marseille Université
CoDirecteur de these Mme Stéphanie LATTE ABDALLAH Césor EHESS
Examinateur M. Nicolas PUIG IRD
Examinateur Mme Hélène THIOLLET Ceri, Sciences PO
Examinateur Mme Iris SERI-HERSCH Université Aix-Marseille
Examinateur M. Assaf DAHDAH LEST
Président Mme Hélène BERTHELEU Université de Tours
Rapporteur M. Riadh BEN KHALIFA Université de Tunis

Résumé de la thèse

La thèse se penche sur les interactions multi-scalaires de deux groupes de réfugiés, somaliens et yéménites métis, avec leur environnement humanitaire et leurs réseaux de sociabilité en Jordanie. Ces deux groupes sont imbriqués dans la « nébuleuse du ‘système réfugié’ » (Baujard, 2008) constituée, à différents niveaux, par les acteurs humanitaires, les autres groupes de réfugiés et les populations locales. En adoptant une approche par les relations interethniques, cette recherche vise à mettre en évidence l’épaisseur de ces interactions à l’aune des trajectoires migratoires des réfugiés, des catégorisations ethniques et raciales qui s’ensuivent, des représentations et des imaginaires sociaux de chacun des groupes. Ainsi, au sein du faisceau d’acteurs avec lesquels les réfugiés somaliens et yéménites interagissent, dans quelle mesure le rapport d’ethnicité influence-t-il leurs relations du quotidien ? Au croisement d’une anthropologie des relations inter-ethniques, de la racialisation et de la migration, cette recherche propose une analyse processuelle et dynamique (Bertheleu, 2019) des rapports entre les groupes de réfugiés somaliens et yéménites métis, avec les populations locales, avec le statut de réfugié et les ethnicités multiples. Quartier populaire situé au cœur historique et politique d’Amman, Hayy al-Masarwah apparaît comme la scène principale des relations inter-ethniques au quotidien. Il est le théâtre des vies ordinaires de familles jordaniennes pauvres, des réfugiés somaliens, yéménites métis et soudanais, d’ouvriers égyptiens, des travailleuses philippines, bangladaises, et éthiopiennes. À travers une étude des interactions quotidiennes dans les cafés du quartier, sur les terrains de football informel, dans les espaces nocturnes et festifs d’Amman, j’explore les frontières ethniques (Barth, 1969) et les relations inter-ethniques en tant qu’elles font éclore des processus de racialisation mais aussi de nouvelles sociabilités. Afin d’appréhender les reconfigurations identitaires et culturelles en jeu, une étude par les relations inter-ethniques nécessite de penser la présence des réfugiés en symbiose avec la présence d’autres groupes ethniques. Ce travail est le fruit d’une longue ethnographie, principalement auprès de jeunes réfugiés. Elle conjugue à la fois une reconstitution des récits de vie et des participations associatives observantes. La thèse repose sur trois grandes parties articulant les parcours migratoires fragmentés des réfugiés, aux processus de catégorisations ethniques et raciales en cours, et enfin à la fabrique des frontières ethniques et des sociabilités dans le Hayy (quartier).

Thesis resume

Proving and Experiencing Ethnicity: African Origin-Refugees in Jordan This dissertation examines the multi-scalar interactions of two groups of refugees, Somalis and Yemeni mixed-race individuals, with their humanitarian environment and social networks in Jordan. These two groups are embedded in the "nebula of the 'refugee system'" (Baujard, 2008) constituted, at various levels, by humanitarian actors, other refugee groups, and local populations. By adopting an approach focusing on interethnic relations, this research aims to highlight the depth of these interactions in light of the refugees' migration trajectories, the ethnic and racial categorizations that follow, and the social representations and imaginaries of each group. Thus, within the array of actors with whom Somali and Yemeni refugees interact, to what extent does the ethnicity factor influence their everyday relationships? At the intersection of anthropology of inter-ethnic relations, racialization, and migration, this research proposes a processual and dynamic analysis (Bertheleu, 2019) of the relationships between Somali and Yemeni mixed-race refugee groups, local populations, refugee status, and multiple ethnicities. Hayy al-Masarwah, a popular neighborhood located in the historical and political heart of Amman, appears as the main stage for everyday inter-ethnic relations. It is the scene of ordinary lives of poor Jordanian families, Somali, Yemeni mixed-race, and Sudanese refugees, Egyptian workers, Filipino, Bangladeshi, and Ethiopian laborers. Through a study of daily interactions in neighborhood cafes, informal football fields, and Amman's nightlife and festive spaces, I explore ethnic boundaries (Barth, 1969) and inter-ethnic relations as they give rise to processes of racialization but also new sociabilities. To understand the identity and cultural reconfigurations at play, a study of inter-ethnic relations requires considering the presence of refugees in symbiosis with the presence of other ethnic groups. This work is the result of extensive ethnography, mainly among young refugees. It combines both a reconstruction of life stories and participatory observational engagements. The thesis is based on three main parts articulating the fragmented migratory paths of refugees, ongoing processes of ethnic and racial categorizations, and finally, the construction of ethnic boundaries and sociabilities in the Hayy (neighborhood).