Ecole Doctorale

Sciences de la Vie et de la Santé

Spécialité

Biologie-Santé - Spécialité Neurosciences

Etablissement

Aix-Marseille Université

Mots Clés

schizophrénie,motivation,dysfonctions sexuelles,CYP450,

Keywords

schizophrenia,motivation,sexual dysfunction,CYP450,

Titre de thèse

Stratégies d’amélioration de la prise en charge des patients souffrants de premiers épisodes psychotiques
Strategies for improving the care of patients suffering from first episodes of psychosis

Date

Jeudi 23 Mai 2024 à 13:30

Adresse

Faculté des sciences médicales et paramédicales secteur Timone. 27 Boulevard Jean Moulin Bâtiment central, Salle 1 13005 MArseille 1

Jury

Directeur de these M. Christophe LANCON CHU Aix Marseille
Rapporteur M. Michel BENOIT CHU de Nice
Rapporteur Mme Hélène VERDOUX CHU Bordeaux
Président M. Michel CERMOLACCE CHU Aix Marseille
Examinateur M. Franck J. BAYLE CHU Saint Anne

Résumé de la thèse

La prise en charge des premiers épisodes psychotiques représente un défi clinique et thérapeutique majeur. Nous avons exploré plusieurs axes pour une approche plus efficace et personnalisée : la pharmacogénétique, la motivation du patient, les dysfonctions sexuelles, et la durée du traitement antipsychotique. L'interdépendance de ces éléments souligne certains aspects importants de la psychiatrie actuelle. Pour appréhender efficacement les troubles schizophréniques débutants, une stratégie multidimensionnelle est indispensable. L’étude de la pharmacogénétique permet de souligner l'importance de la personnalisation du traitement pharmacologique. Cette discipline optimise le choix du traitement antipsychotique tout en minimisant les risques d'effets indésirables. Cette démarche pose les bases d'une prise en charge personnalisée. L'identification précoce des patients à risque de non-réponse à certains médicaments ou susceptibles de développer des effets secondaires graves comme le risque accru de suicide renforce la nécessité de cette approche. Nous avons aussi vu comment les prescriptions précoces de clozapine pourraient concourir à une amélioration globale de la prise en charge des premiers épisodes, notamment via une réduction des idées suicidaires. La motivation du patient, au cœur du syndrome négatif, est un élément clé pour sa qualité de vie. Un patient informé et impliqué dans les décisions thérapeutiques est plus à même de s'engager dans le processus de guérison. La pharmacogénétique, en offrant des options thérapeutiques personnalisées, peut donc augmenter le sentiment d'empowerment du patient. Ce lien entre la personnalisation du traitement et la motivation du patient est crucial, car une adhésion optimale au traitement est souvent le pilier d'un pronostic favorable et d’une alliance thérapeutique de qualité. La motivation est également renforcée par le soutien psychosocial et les stratégies thérapeutiques ciblées, soulignant là encore l'importance d'une prise en charge globale. Les dysfonctions sexuelles, fréquemment rencontrées chez les patients atteints de troubles schizophréniques, constituent un obstacle majeur à la qualité de vie et à l'acceptation du traitement. Cette problématique est aussi liée à la pharmacogénétique (notamment avec la prévention des effets indésirables sexuels) avec un impact direct sur la motivation. Les effets secondaires des antipsychotiques, pouvant inclure des dysfonctions sexuelles, mettent en lumière le besoin d'une sélection soignée des médicaments, basée sur le profil génétique du patient. La décision concernant la durée du traitement et son arrêt ne peut être prise isolément par le psychiatre, mais doit considérer les aspects pharmacogénétiques, la motivation et le bien-être global du patient, y compris sa vie sexuelle. Une approche flexible et personnalisée, ajustant la durée du traitement en fonction des besoins spécifiques et des préférences du patient, peut renforcer l'alliance thérapeutique et l'adhésion au traitement à long terme. Cette flexibilité, loin d'être un signe d'incertitude, reflète une compréhension approfondie des nuances de la prise en charge psychiatrique, où le patient est véritablement au cœur du processus décisionnel. En conclusion, la prise en charge des premiers épisodes psychotiques dans les troubles schizophréniques nécessite une approche intégrée et personnalisée, où la pharmacogénétique, la motivation du patient, la gestion des dysfonctions sexuelles, et la flexibilité de la durée des traitements sont envisagées comme un tout cohérent. Ce n'est qu'en reconnaissant et en adressant l'interconnexion entre ces divers aspects que nous pouvons aspirer à une prise en charge efficace et respectueuse des besoins uniques de chaque patient. Cette vision holistique est essentielle pour avancer vers une psychiatrie plus humaine et personnalisée, capable de répondre de manière optimale aux défis posés par la prise en charge des premiers épisodes psychotiques.

Thesis resume

The management of initial psychotic episodes represents a major clinical and therapeutic challenge. We have explored several avenues for a more effective and personalized approach: pharmacogenetics, patient motivation, sexual dysfunction, and the duration of antipsychotic treatment. The interdependence of these elements highlights certain important aspects of current psychiatry. To effectively grasp the onset of schizophrenic disorders, a multidimensional strategy is indispensable. The study of pharmacogenetics serves to emphasize the importance of personalizing pharmacological treatment. This discipline optimizes the choice of antipsychotic treatment while minimizing the risks of adverse effects. This approach lays the foundation for personalized care. Early identification of patients at risk of non-response to certain drugs or likely to develop serious side effects such as an increased risk of suicide reinforces the necessity of this approach. We have also seen how early prescriptions of clozapine could contribute to an overall improvement in the management of initial episodes, notably through a reduction in suicidal thoughts. Patient motivation, at the heart of the negative syndrome, is a key element for their quality of life. An informed patient who is involved in therapeutic decisions is more likely to commit to the healing process. Pharmacogenetics, by offering personalized therapeutic options, can thus increase the patient's sense of empowerment. This link between personalized treatment and patient motivation is crucial, as optimal adherence to treatment is often the foundation of a favorable prognosis and a quality therapeutic alliance. Motivation is also reinforced by psychosocial support and targeted therapeutic strategies, again underlining the importance of comprehensive care. Sexual dysfunctions, frequently encountered in patients with schizophrenic disorders, constitute a major obstacle to quality of life and acceptance of treatment. This issue is also related to pharmacogenetics (especially with the prevention of sexual adverse effects) with a direct impact on motivation. The side effects of antipsychotics, which can include sexual dysfunctions, highlight the need for a careful selection of medications, based on the patient's genetic profile. The decision regarding the duration of treatment and its discontinuation cannot be taken in isolation by the psychiatrist but must consider pharmacogenetic aspects, motivation, and the overall well-being of the patient, including their sex life. A flexible and personalized approach, adjusting the duration of treatment according to the specific needs and preferences of the patient, can strengthen the therapeutic alliance and long-term adherence to treatment. This flexibility, far from being a sign of uncertainty, reflects a deep understanding of the nuances of psychiatric care, where the patient is truly at the heart of the decision-making process. In conclusion, the management of initial psychotic episodes in schizophrenic disorders requires an integrated and personalized approach, where pharmacogenetics, patient motivation, management of sexual dysfunctions, and the flexibility of treatment duration are considered as a coherent whole. Only by recognizing and addressing the interconnection between these diverse aspects can we aspire to effective care that respects the unique needs of each patient. This holistic vision is essential to move towards a more humane and personalized psychiatry, capable of optimally meeting the challenges posed by the management of initial psychotic episodes.