Ecole Doctorale

Sciences Juridiques et Politiques

Spécialité

Doctorat en Science politique

Etablissement

Aix-Marseille Université

Mots Clés

politique emblématique,administration publique,problème public,laïcité,École,politisation,

Keywords

emblematic policy,public administration,public problem,secularism (laïcité),school institution,politicization,

Titre de thèse

Administrer la laïcité. La politique de lutte contre les "atteintes à la laïcité" dans l'Éducation nationale
Implementing State Secularism. Policy to Counter "Infringements of Laïcité" in the Public Éducation System in France

Date

Vendredi 15 Septembre 2023 à 14:00

Adresse

Sciences Po Aix / CNRS / AMU Site de l'Espace Philippe Seguin, 31 Avenue Jean Dalmas, 13100 Aix en Provence à préciser

Jury

Directeur de these M. Franck FREGOSI Sciences Po Aix / CNRS / GSRL / EPHE
Rapporteur Mme Laure BERENI CNRS / Centre Maurice Halbwachs / ENS de Paris
CoDirecteur de these M. Lorenzo BARRAULT-STELLA CNRS / Cresppa-CSU / Université Paris 8
Rapporteur Mme Anne-Cécile DOUILLET CERAPS / Université de Lille
Examinateur Mme Claire DE GALEMBERT CNRS / ISP / ENS de Paris-Saclay
Président M. Patrick HASSENTEUFEL PRINTEMPS / Université Paris-Saclay / Sciences Po Saint-Germain-en-Laye
Examinateur M. Benjamin MOIGNARD EMA / Université Cergy-Paris

Résumé de la thèse

À partir du cas de la laïcité scolaire en France (2015-2021), cette thèse interroge ce que le cadrage d’un problème public dans les agendas politiques et médiatiques fait aux pratiques routinières de mise en œuvre d’une politique publique. Elle propose une ethnographie de l’administration scolaire de la laïcité, à partir d’une immersion de plusieurs mois dans les services du rectorat d’Aix-Marseille, complétée de plus de 140 entretiens avec des cadres intermédiaires situés à trois échelles de l’Éducation nationale (en établissements, au rectorat, en administration centrale). L’enquête porte en particulier sur un dispositif de signalement des « atteintes à la laïcité » à l’École, installé à la suite de l’alternance politique de 2017. Administrer la laïcité, c’est transformer un symbole républicain en politiques publiques : c’est créer des dispositifs qui emblématisent l’action des représentants politiques, dégager des budgets, formaliser un travail bureautique sur le « problème laïque », professionnaliser des acteurs (les référents laïcité, chargés de mission laïcité, etc.). Administrer la laïcité, c’est ensuite, pour les acteurs politiques et bureaucratiques centraux, tenter de gouverner les pratiques de mise en œuvre : la thèse étudie la façon dont la dimension symbolique de l’action publique travaille les routines administratives. Elle montre que les cadres intermédiaires sont constitués en « petites mains » du politique. Ils participent activement à l’entretien de la façade institutionnelle, notamment par la production de chiffres d’« atteintes à la laïcité », destinés à afficher le volontarisme politique dans les espaces médiatiques. Les acteurs de la mise en œuvre sont aussi enrôlés dans la surveillance des pratiques religieuses – en particulier musulmanes – : l’injonction au signalement résulte d’une renégociation de la division du travail étatique de repérage d’individus « à risque ». Enfin, administrer la laïcité, dans le quotidien des cadres de l’Éducation nationale des échelles intermédiaires et locales, c’est aussi donner un sens et une forme concrète à une politique emblématique de l’action des représentants de l’École. En analysant la manière dont les appropriations du dispositif de signalement transforment les normes de gouvernement, cette recherche renseigne sur la consistance du rôle d’intermédiaires administratifs du politique. Elle montre que l’ambiguïté de la catégorie « atteinte à la laïcité » est saisie par les acteurs scolaires comme une ressource : le dispositif de laïcité est investi pour compenser des carences en reconnaissance symbolique et matérielle, pour interpeler la hiérarchie sur des problématiques du quotidien professionnel, pour étiqueter la déviance scolaire, pour concrétiser des aspirations de carrière ascendante ou encore pour défendre des causes propres au sein de l’administration. La thèse contribue finalement à une sociologie politique de l’action publique qui étudie relationnellement les enjeux de légitimation politique sur les scènes visibles et les pratiques discrètes de mise en œuvre dans les coulisses de l’administration. Elle donne à voir un tournant disciplinaire et sécuritaire de la laïcité scolaire, tout en produisant des résultats sur la relation entre mise en scène symbolique de l’action publique et transformation substantielle des routines administratives, sur la manière dont une politique emblématique peut reconfigurer les frontières professionnelles et sectorielles. Elle éclaire les formes de « jeux avec » des instruments d’action publique fortement investis par les élites politiques et bureaucratiques, tout en portant une attention centrale aux résistances administratives aux mots d’ordre du politique, que les cadres intermédiaires justifient en invoquant une loyauté à l’institution et au service public.

Thesis resume

This thesis studies the way state secularism in France, designated through the concept of laïcité, is implemented in the national education system administration between 2015 and 2021. It questions what the framing of a public problem in political and media agendas does to everyday practices of implementing policies. It presents an ethnography of the school administration of laïcité, based on a long immersion in the local board of education of Aix-Marseille and more than 140 interviews with intermediate managers at three levels of the French education system (in schools, in the local board of education, in the central administration). The research focuses in particular on a system for reporting "infringements of laïcité" at school, implemented after the 2017 political changeover. Implementing laïcité in the education system entails translating a republican symbol into public policies. It means creating mechanisms that symbolize the action of political representatives, allocating budgets, formalizing bureaucratic work on the "laïcité problem", and creating professional positions (laïcité referents, laïcité project managers, etc.). For political and bureaucratic elite, this involves attempting to govern implementation practices. Through this case study, the thesis analyzes the way in which the symbolic dimension of public action underpins administrative routines. Intermediate managers play an active role in producing the symbolic institutional façade, in particular by generating statistic on “infringements of laïcité” in schools. The data produced is then used by government members to display political commitment in the media. The thesis demonstrates how implementation also involves monitoring religious practices, particularly those of Muslim students, and that the injunction to report individuals considered “at risk” is generated from a renegotiation of the state division of labor. Finally, implementing laïcité in the day-to-day life of local education managers means giving a concrete form to an emblematic policy of the educational institution. The thesis analyzes the way these professionals use the monitoring and reporting mechanisms and how, in the process, they transform the norms of government. It shows that the ambiguity of the category "infringement of laïcité" is used by school actors in various manners. It can be used as means to compensate a lack of symbolic and material recognition in the institution, to try to make the superior authorities aware of everyday professional issues, to label deviant behaviors at school, to realize career aspirations or even to defend their own particular causes within the administration. Thus, the research contributes to existing academic research on the role of administrative intermediaries in politics. In sum, the thesis proposes a political sociology of public action that examines the interplay between political legitimization strategies on the front stage and the discrete practices of administrative implementation in the backstages. In doing so, it produces findings on the relationship between the symbolic staging of public action and the substantial transformation of administrative routines, for instance by reshaping professional and sectoral boundaries. It also pays attention to the ability of intermediate managers to “play with” reforms conducted by political and bureaucratic elites, and to their resistance to political watchwords, which is justified by invoking a strong sense of loyalty to the public school institution. Overall, by following the career of the “laïcité problem” in public action, this thesis reveals the disciplinary and security turn of school secularism in France.