Ecole Doctorale

COGNITION, LANGAGE, EDUCATION

Spécialité

Psychologie

Etablissement

Aix-Marseille Université

Mots Clés

modernisation écologique,environnement,idéologie,justification du système,normes sociales,jugement social

Keywords

ecological modernization,environment,ideology,system justification,social norms,social judgement

Titre de thèse

Justification du système, idéologies et jugement social : Étude de la modernisation écologique selon une perspective de psychologie sociale.
System justification, ideologies, and social judgment: A study of ecological modernization from a social psychological perspective.

Date

Jeudi 25 Novembre 2021 à 14:00

Adresse

UFR ALLSH, 29 Avenue Robert Schuman, 13100 Aix-en-provence. A préciser.

Jury

Directeur de these M. Fabien GIRANDOLA Aix-Marseille Université
Rapporteur Mme Virginie BONNOT Université de Paris
M. Christophe DEMARQUE Aix-Marseille Université
Rapporteur M. Laurent AUZOULT-CHAGNAULT Université de Bourgogne
Examinateur Mme Luísa LIMA Instituto Universitário de Lisboa

Résumé de la thèse

Se positionnant dans une approche critique et sociétale des questions environnementales, cette thèse se propose d’étudier, sous l’angle de la psychologie sociale, une théorie de sciences sociales et une conception des politiques environnementales introduite en sociologie environnementale et en sciences politiques : la Modernisation Ecologique (ME). Cette approche, hégémonique au sein des institutions européennes, peut être conceptualisée comme un système de croyances légitimant une certaine conception de l’ordre social et peut, de ce fait, être considérée comme une idéologie. Cette dernière permettrait, à la fois, de reconnaitre l’existence des problèmes environnementaux et d’avancer que les systèmes socio-économiques actuels ont la capacité de les prendre en charge sans subir de modifications fondamentales. Dans une première série de recherches, nous avons mobilisé la Théorie de la Justification du Système (TJS), ainsi que le concept de paradigme social, afin d’étudier dans quelle mesure la ME pouvait jouer le rôle d’une idéologie légitimatrice de l’ordre social à un niveau psychologique. Les résultats montrent qu’en parallèle d’une minimisation des problèmes environnementaux, la justification du système peut également mener à l’adhésion à la ME. En outre, nos résultats suggèrent que la justification du système ne prédit pas de la même manière les attitudes envers des mesures pro-environnementales et l’adoption de comportements pro-environnementaux, selon que ceux-ci s’inscrivent dans les systèmes socio-économiques actuels ou visent plutôt à les transformer. Dans une deuxième série d’études, nous avons souhaité étudier le caractère normatif de la ME. Pour cela, nous avons mobilisé l’approche socio-cognitive des normes en articulation avec la TJS. Nos résultats ont montré le caractère socialement désirable de certaines croyances au sein de la ME. De plus, il apparait que des activistes environnementaux, dont le discours s’écarte de la ME, subissent des jugements sociaux plus défavorables et voient davantage légitimer l’usage de la coercition à leur encontre. Ces résultats sont accentués chez les individus qui justifient le système. Cette thèse vient souligner l’intérêt d’une grille de lecture en termes d’ordre social pour les études en lien avec les problématiques environnementales. Dans cette perspective, elle invite à ne plus considérer les croyances, les attitudes, ou les comportements pro-environnementaux comme constituant un bloc homogène, mais à les situer plutôt sur un continuum selon le degré de changement social qu’ils impliquent.

Thesis resume

Positioning itself within a critical and societal approach to environmental issues, this thesis proposes to study, from the perspective of social psychology, a social science theory and a conception of environmental policies introduced in environmental sociology and political science: Ecological Modernization (EM). This approach, hegemonic within the European institutions, can be conceptualized as a belief system legitimizing a certain conception of social order and can, therefore, be considered as an ideology. The latter would allow, at the same time, to recognize the existence of environmental problems and to argue that the current socio-economic systems have the capacity to deal with them without undergoing fundamental changes. In a first series of research, we mobilized the System Justification Theory (SJT), as well as the concept of social paradigm, in order to study the extent to which the EM could play the role of a social order legitimizing ideology at a psychological level. The results show that alongside minimization of environmental problems, system justification can also lead to adherence to ME. Furthermore, our results suggest that system justification does not predict attitudes toward pro-environmental measures and the adoption of pro-environmental behaviors in the same way, depending on whether they are embedded in current socio-economic systems or instead aim to transform them. In a second series of research, we studied the normative dimension of EM. For this, we mobilized the socio-cognitive approach of norms in articulation with the SJT. Our results revealed the socially desirable nature of certain beliefs within the EM. Moreover, it appears that environmental activists whose discourse deviates from the EM are subject to more unfavorable social judgments and experience greater legitimization of the use of coercion against them. These results are accentuated among individuals who justify the system. This thesis underlines the interest of a social order reading grid for studies related to environmental issues. In this perspective, it invites us to no longer consider pro-environmental beliefs, attitudes, or behaviors as constituting a homogeneous block, but rather to situate them on a continuum according to the degree of social change that they imply.